Journée de la persévérance scolaire 2020: la réalité des jeunes en HLM méconnue

Les Journées de la persévérance scolaire (JPS) sont une invitation à tous les acteurs de la société à faire partie du mouvement d’engagement pour valoriser la persévérance scolaire et la réussite éducative au Québec.

Les Journées de la persévérance scolaire (JPS) sont une invitation à tous les acteurs de la société à faire partie du mouvement d’engagement pour valoriser la persévérance scolaire et la réussite éducative au Québec.

À l’occasion des Journées de la persévérance scolaire, qui se tiennent du 17 au 21 février, la Fondation de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) souhaite mettre en lumière une situation méconnue, mais pourtant préoccupante, soit la réalité des jeunes vivant en HLM.

Saviez-vous que près de 10 000 jeunes, âgés de 0 à 25 ans, vivent dans les différents immeubles HLM de Montréal? Avec en moyenne 2,15 enfants par famille, 67 % de celles-ci sont monoparentales et 52 % vivent de la sécurité sociale. Le revenu mensuel moyen d’une famille vivant en HLM s’élève à 1 116 $ (excluant les allocations familiales).

De plus, selon une enquête menée auprès des résidants3 en HLM à Montréal huit répondants sur dix ont déclaré que, dans le courant des 12 derniers mois, les revenus de leur ménage avaient été insuffisants pour couvrir l’ensemble de leurs dépenses courantes. Parmi les répondants, 52 % d’entre eux ont mentionné avoir eu des difficultés à assumer les coûts reliés à leurs enfants ce qui inclut, notamment, les dépenses relatives à l’école.

Pourquoi s’en préoccuper?

En 2017, 15,9 % des élèves du secteur public à Montréal ont décroché avant d’avoir obtenu un premier diplôme1. Ce taux est deux fois et demie plus élevé dans les milieux défavorisés2. Malgré l’aide que peut représenter un logement subventionné, la très grande majorité des familles en HLM vivent dans une situation de grande pauvreté et d’exclusion sociale.  

« La situation économique d'une famille est un facteur important de la réussite à l’école. Dans certains quartiers montréalais, on parle de plus de la moitié des jeunes qui quittent l’école sans diplôme d'études secondaires. Il importe de sensibiliser la population à cette réalité et d’agir concrètement pour venir en aide à ces jeunes vulnérables qui vivent dans des milieux moins favorables à la réussite éducative », s’est exprimé Line Bellavance, directrice de développement et des communications, Fondation de l’OMHM.

Toujours selon l’enquête menée auprès des résidants en HLM à Montréal, une large majorité (73 %) des répondants a interrompu ses études en 5e secondaire ou avant. Dans ce contexte, il est parfois plus difficile pour les parents de favoriser l’intérêt de leur enfant envers l’école et les encourager à persévérer, ayant eux-mêmes été privés de conditions propices au cheminement scolaire.  

Une aide précieuse pour les jeunes

C’est pourquoi la Fondation s’emploie à aider les jeunes qui vivent en HLM à persévérer dans leurs études, et ce, notamment par le biais de bourses de persévérance scolaire. « Grandir dans les HLM ne signifie pas que l’on est moins doué, moins motivé. C’est vrai que les ressources sont parfois moins nombreuses et l’entourage moins présent pour certains. Toutefois, au nom de tous les jeunes qui vivent en HLM, je trouve important de rappeler que nous avons, nous aussi, une grande volonté de réussir et des rêves à réaliser. Je suis profondément reconnaissante envers la Fondation de l’OMHM d’avoir cru en moi, en mes capacités. La bourse financée par la Fondation m’a donné le coup de pouce nécessaire pour continuer à persévérer à l’école et prendre confiance en moi », s’est exprimé Leidy Paola Duque, étudiante au Cégep André-Laurendeau.


1 Réseau Réussite Montréal

2 Centraide du grand Montréal

3 Xavier Leloup, avril 2009, Loger les familles avec enfants dans le logement social public montréalais : politique d'attribution et profil sociodémographique des résidents, Rapport de recherche remis à l’OMHM et au FQRSC, Centre - Urbanisation Culture Société Institut national de la recherche scientifique, Montréal, 149 p., lien.